Classification norme EN ISO 20345

Dans le souci de protéger le travailleur de la meilleure façon possible, des normes ont été instituées. La certification des chaussures de sécurité est le résultat de tests imposés pour garantir la fiabilité de l’EPI. Ainsi la norme EN ISO 20345 est rendue encore plus lisible avec les détails qui caractérisent la forme de la protection qu’elle induit.

La catégorisation des différents types de chaussures de sécurité

Les chaussures de sécurité répondent à différents critères qui les classent par rubriques. Si d’une manière générale, la chaussure de sécurité a une propriété spécifique qui l’identifie par rapport aux autres types, d’autres caractéristiques viennent déterminer son appartenance à telle catégorie de protection ou telle autre.

Les contraintes qui doivent régir la confection des chaussures de sécurité donnent le ton aux spécifications qui différencient fondamentalement l’EPI des chaussures standard.

Les caractéristiques générales qui définissent la chaussure de sécurité peuvent se résumer ainsi :

    null
  • protection contre le risque de chute d’objet lourd,
  • renforcement de la semelle par un matériau anti-perforation,
  • apport de matériau ou de procédé pour avoir une semelle antidérapante
  • résistance au feu,
  • protection contre les coupures mais aussi les entorses au niveau de la cheville
  • apport de matériau ou de procédé anti électrostatique

Les contraintes imposées en termes de protection par chaque catégorie de métier sont de diverses sortes. Elles peuvent être physiques, mécaniques, chimiques ou biologiques. C’est la connaissance de l’environnement professionnel qui dicte le choix des chaussures de sécurité afin qu’elles soient les mieux adaptées possible au genre d’activités du travailleur.

Les normes les plus fréquemment rencontrées

La norme S1 cadre la protection pour une utilisation en milieu sec. La chaussure de sécurité doit être munie d’une semelle antidérapante sur sol en acier avec risque d’épandage d’huile. Elle doit également être antistatique. Elle doit avoir une capacité d’absorption d’énergie du talon et être dotée de semelle résistante aux hydrocarbures.

La norme S2 est conçue pour la protection en milieu humide. Aux contraintes de la norme S1 s’ajoute la protection contre la pénétration et l’absorption d’eau de la tige.

La norme S3 cumule les propriétés de la norme S2 avec l’ajout d’une semelle à crampons résistante à la perforation.

La norme S4 est conçue principalement pour les bottes utilisées par le travailleur dans un environnement très humide. SB+A+E+FO. La botte doit avoir des semelles antidérapantes, dotée de semelles de marche résistantes aux hydrocarbures, avoir des propriétés antistatiques et conçue pour absorber l’énergie du talon.

La norme S5, elle aussi conçue pour le milieu très humide, cumule les propriétés de la norme S4 auxquelles s’ajoute la semelle résistant à la perforation.

Vous aimerez aussi...